Visa-run à la frontière Costa Rica Panama Boquete Lost Waterfall
Amériques,  Conseils de voyageuse,  Costa Rica,  Panama

Faire son visa-run à la frontière Costa Rica – Panama

En voyage à long-terme au Costa Rica, on peut avoir envie ou besoin de rester plus longtemps que les 3 mois prévus par le visa touriste. Obtenir un visa plus long en passant par les moyens officiels est assez compliqué. Le moyen officieux le plus simple de prolonger son séjour, c’est de faire un visa-run.

Mais c’est quoi un visa-run ?

C’est quand vous quittez un pays (par la voie terrestre le plus souvent) pendant une courte durée, avant d’y retourner. Au retour, un nouveau visa touriste vous sera délivré et vous repartirez de zéro ! En théorie, c’est simple. En pratique, il vaut mieux bien se préparer pour éviter les problèmes.

Attention, les visa runs ne fonctionnent pas dans tous les pays, loin de là. Au Costa Rica et dans beaucoup de pays d’Amérique Centrale ou d’Amérique du Sud, c’est toléré. Le pays y gagne en réduisant la paperasse et en prenant une petite somme à chaque passage de frontière. Dans beaucoup d’autres pays par contre, c’est interdit. En Thaïlande par exemple, le nombre d’entrée dans le territoire est limité chaque année, précisément pour éviter les visa-runs.

Lire aussi : Traverser les frontières entre Thaïlande, Laos et Cambodge

Les visas au Costa Rica

Pour des séjours inférieurs à 90 jours, les personnes munies d’un passeport français n’ont donc pas besoin de faire de démarches particulières pour entrer au Costa Rica. Le passeport doit être valable 1 jour après la date de sortie prévue du territoire. Comme toujours, toutes les informations sont disponibles sur le site des conseils aux voyageurs du gouvernement.

Pour un séjour supérieur à 90 jours, il est normalement nécessaire de constituer un dossier auprès de l’ambassade du Costa Rica à Paris… Pas très pratique et loin d’être garanti. Dans le cadre de mon stage dans une ONG, j’ai dû partir 6 mois au Costa Rica. J’ai donc choisi comme tous les voyageurs à long terme la solution du visa-run. J’aurais théoriquement dû n’en faire qu’un, mais j’ai finalement dû le faire deux fois, à cause d’une erreur que je peux à présent vous faire éviter.

Voyager du Costa Rica au Panama

En voiture

Si vous souhaitez faire votre visa-run en voiture, sachez que selon les cas il sera difficile ou très cher de lui faire passer la frontière. Le mieux dans ce cas est de laisser la voiture à la frontière côté Costa Rica, de traverser la frontière à pied et de revenir dans la journée. Beaucoup d’expatriés font comme ça. Ils en profitent pour se renflouer en vêtements et en alcool, beaucoup moins chers à la frontière.

En bus

J’ai décidé de passer la frontière en bus, moyen le plus économique de faire le visa-run. La compagnie Tracopa assure la liaison entre San Jose et David en passant par le poste frontière de Paso Canoas, côté Pacifique. Il y a deux départs par jour, un à 7h30 et un autre à 12h. Le trajet dure environ 6h et coûte 11 970 colones l’aller simple (11 400 + 570 colones de taxes), soit environ 18€. Pas de tarif aller-retour, vous devez acheter un billet San Jose-David et David-San Jose. Le ticket indique votre numéro de place et mentionne votre nom et numéro de passeport.

Au départ de Quepos

Le bus s’arrête à Quepos et à Uvita pour prendre d’autres voyageurs. Vous pouvez acheter des billets aux gares routières de ces villes. Le billet mentionnera votre ville de départ mais vous payez le même prix qu’au départ de San Jose. Attention, si vous prenez comme moi le bus au départ de Quepos, le départ ne se fait pas depuis la gare routière, en ville. Il se fait depuis un arrêt situé en face de l’hôpital de Quepos, à quelques minutes du centre. Vous pouvez vous y rendre en taxi pour environ 3000 colones ou en colectivo pour 500 colones, si vous avez la chance d’en trouver un. Sinon, un bus circule entre l’hôpital et le centre-ville pour 325 colones mais les horaires sont aléatoires.

Pour un départ de San Jose à 7h30, prévoyez d’être à l’arrêt de Quepos vers 10h00/10h15, le trajet met généralement 3h. Soyez vigilant, le bus ne s’arrête pas automatiquement, donc faites-lui signe lorsque vous verrez un bus indiquant David comme destination. Les bus Tracopa pour les trajets internationaux sont généralement verts.

Au retour, précisez au chauffeur si vous souhaitez vous arrêter à Quepos. Les arrêts d’Uvita et le terminus de San Jose sont automatiques. Vous aurez plus de mal à trouver un taxi au départ de l’hôpital de Quepos, à moins d’en appeler un. Par contre, vous trouverez sans trop de mal un colectivo ou un bus à destination de Quepos.

Visa-run à la frontière Costa Rica Panama Boquete Sendero Quetzal
Vue des montagnes de Boquete, Panama

La frontière Costa Rica – Panama

Quitter le Costa Rica

En arrivant à la frontière, à Paso Canoas, les voyageurs descendent du bus et doivent payer une taxe de sortie du territoire dans une petite maisonnette en tôle qui ne paie pas de mine. La taxe est de 8 US$, vous obtenez en échange un papier prouvant que vous vous en êtes acquittés. Faites ensuite la queue au poste frontière du Costa Rica dans la file des départs (Salida). Vous n’avez qu’à présenter le reçu de la taxe à l’agent et vous obtiendrez le tampon de sortie du territoire.

Entrer au Panama

Suivez ensuite la route à pied pour atteindre le poste frontière du Panama, où le bus vous attendra. Il s’agit d’un grand bâtiment avec (c’est pratique) « Panama » écrit en grand sur la façade. Là, faites la queue dans la file des entrées (Entrada) et prévoyez votre passeport et votre ticket de bus retour. Il vous servira de preuve que vous comptez quitter le territoire du Panama dans la période autorisée. L’agent prend une photo et vos empreintes digitales (les 10 doigts) avant de tamponner votre passeport.

Récupérez vos bagages et entrez dans la petite pièce qui se trouve au milieu du bâtiment, dans une structure en forme de tour. Posez votre sac ouvert sur les tables et remplissez le papier des douanes avant de procéder à une fouille des bagages. Vous pouvez ensuite repartir, arrivée prévue à David environ 1h après le passage de frontière.

Le frontière Panama – Costa Rica

Quitter le Panama

J’ai lu un peu de tout sur la durée minimale à passer au Panama avant de pouvoir revenir au Costa Rica. Pour certains c’était 24h, ou 48h, et pour d’autres, un aller-retour dans la journée était possible. Personnellement, j’ai pu passer sans encombre après un séjour de 4 jours la première fois et 1 jour la seconde.

Au retour au Costa Rica, c’est la même chose dans l’autre sens. Côté Panama, faites la queue dans la file des départs pour obtenir le tampon de sortie. Récupérez vos sacs pour les faire fouiller au même endroit qu’à l’aller. Marchez ensuite jusqu’au poste côté Costa Rica et faites la queue dans la file des entrées.

Entrer au Costa Rica

Pour revenir au Costa Rica, le plus important est d’avoir une preuve de départ du pays sous 90 jours. Notez que les billets d’avion sont les preuves les plus solides. Certains voyageurs se seraient vus refuser l’entrée avec des billets de bus comme preuve de départ.

Présentez votre passeport à l’agent ainsi que votre preuve de départ, si demandé. Vérifiez bien la durée mentionnée sur votre passeport une fois le tampon obtenu. Il ne vous reste ensuite qu’à faire la queue pour une fouille des bagages, dans l’espace grillagé à côté du poste frontière. Là encore, vous aurez à remplir un papier de douane avant de pouvoir repartir.

Quelle preuve de sortie du territoire présenter ?

Si on vous demande une preuve de sortie du territoire, deux cas de figure se présentent. Soit vous avez un vol retour prévu dans les 90 jours et dans ce cas tout va bien. Soit, pour une raison X ou Y (long voyage, tour du monde, autre moyen de transport), vous n’avez pas de preuve de retour par avion dans les 90 jours.

Vous pouvez dans ce cas montrer d’autres preuves comme un ticket de bus, ou une réservation dans un hôtel hors du Costa Rica, etc., mais c’est risqué. Le mieux est de montrer un billet d’avion. Trois solutions :

  1. Vous faites un faux billet d’avion, très facile en prenant une vieille réservation. C’est la solution la plus simple et gratuite, j’en connais beaucoup qui l’ont utilisé sans souci. Problème : si vous tombez sur un agent particulièrement zélé (bon, c’est rare), il peut vouloir vérifier le numéro de réservation. Et là, elle n’existera pas. Donc pour les control freaks comme moi, c’est encore trop risqué.
  2. Vous achetez un billet d’avion et l’annulez une fois entrés sans encombre au Costa Rica. Problème : ça implique d’être en mesure d’avancer une grosse somme d’argent, et trouver un billet annulable n’est pas si simple.
  3. Vous louez un billet d’avion. Oui oui c’est possible ! Vous payez 12$ pour recevoir une véritable réservation qui sera automatiquement annulée dans les 48h. Vous pouvez même choisir la destination en payant un supplément. Ça peut être utile pour des pays qui demandent une preuve de départ vers le pays ayant délivré votre passeport (ce n’est pas le cas du Costa Rica). Plusieurs sites existent mais certains sont des arnaques. J’ai testé et approuvé BestOnward Ticket, mais renseignez-vous bien pour trouver des avis récents. C’est la méthode que j’ai choisi et ça a très bien fonctionné.

L’erreur à ne pas commettre

Si vous choisissez la solution du billet loué, vous avez le choix de la date du vol. Vous pourriez être tentés comme moi de mettre une date au hasard, mais pas exactement à J+90, pour ne pas qu’il soit trop évident que vous faites un visa-run (vous ai-je dit que j’étais une control freak ?).

Grossière erreur. Les 90 jours sont à la discrétion de l’agent. Si vous indiquez un départ sous un mois, il y a un risque que l’agent vous accorde un visa de 30 jours ! C’est ce qui m’est arrivé. J’ai dû faire un deuxième visa run à peine un mois après le premier. Le bon côté des choses, c’est que j’ai acquis une certaine expérience pour vous y préparer ! Donc réfléchissez bien en fonction de vos moyens et de vos projets suivants.


Préparer son visa-run : récap’

Passeport

Passeport en bon état, valide encore au moins 6 mois. Vérifiez toujours que vous avez les tampons d’entrée et de sortie, ainsi que les durées qui y sont mentionnées, pour éviter les mauvaises surprises.

Preuve de sortie du territoire

Pour le Panama, le ticket de bus de retour fonctionne. Vous pouvez aussi montrer votre billet d’avion au départ du Costa Rica, réel ou loué. Il est la preuve que vous quitterez dans tous les cas le Panama pour prendre un avion au Costa Rica.

Pour le Costa Rica, un billet d’avion est fortement recommandé. Si vous quittez dans les 90 jours, pas de souci. Sinon, faites-en un faux ou louez-en un.

Preuve de fonds

J’ai pu lire sur d’autres blogs que présenter 500 US$ en liquide pouvait être nécessaire pour entrer au Costa Rica ou au Panama. Ça montre qu’on compte soutenir l’économie locale et qu’on est capable de subvenir à nos besoins dans le pays.

D’autres préconisent de fournir des preuves comme un relevé de compte récent, une preuve de salaire ou même une simple carte de crédit, pour les mêmes raisons. On ne me l’a jamais demandé et je ne pense pas qu’il soit nécessaire de se balader avec 500 US$ en liquide. Mais prévoyez au cas où de pouvoir les retirer et imprimez ces papiers si vous les avez sous la main.

Preuve d’hébergement

J’ai également lu qu’on pouvait avoir besoin de présenter une preuve d’hébergement, comme une facture d’hôtel/hostel. Là encore, on ne me l’a jamais demandé, mais c’est bon à noter.


Et vous, vous avez déjà traversé des frontières pour renouveler un visa touriste ? Comment ça s’est passé ?

Signature Blue Ashes Travel


Pin Visa-run à la frontière Costa Rica Panama

Sarah est voyageuse et conservationniste. Sur Blue Ashes Travel, elle vous parle environnement et découvertes ! Elle vous embarque dans ses aventures à travers le monde et souhaite vous rendre le voyage et la conservation plus accessibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error:

Abonne-toi à la newsletter pour recevoir des photos, des anecdotes de voyage et les derniers articles !