Xaibe, ruines de Coba
Amériques,  Mexique

Explorer les ruines de Coba et ses cénotes souterrains

En voyage au Mexique, une activité de choix est de visiter les ruines des temples mayas et en apprendre ainsi sur les cultures fascinantes et mystérieuses qui ont précédé les cultures contemporaines. Le long de mon itinéraire au Mexique, j’ai eu l’occasion de visiter les ruines de Tulum, qui ont la particularité d’être situées au bord de la mer. On découvre aujourd’hui les ruines de Coba, qui cachent également de belles surprises, entre pyramides et cénotes ! Toutes les infos pour s’y rendre et les visiter sont en fin d’article.

La Iglesia, ruines de Coba

Explorer les ruines de Coba

L’histoire des ruines de Coba

Les ruines se situent à une centaine de kilomètres de Playa del Carmen et à moins de 50 kilomètres de Tulum. La cité de Coba est une ancienne cité maya de grande envergure, qui aurait accueillie plusieurs dizaines de milliers de personnes à son apogée. Elle aurait persisté pendant de nombreux siècles, en dépit de sa rivalité avec Chichen Itza.

Depuis les années 70, l’Institut national d’anthropologie et d’histoire mexicain (INAH) restaure le site et le développe pour en faciliter l’accès et la visite. Aujourd’hui, la restauration des ruines de Coba en est encore à ses débuts et de nombreuses parties du site sont encore inaccessibles au public.

Guide des ruines de Coba

Carte des ruines de Coba issue de l'INAH

Plan des ruines et itinéraire issus de l’INAH

Les ruines de Coba n’ont peut-être pas l’attrait de l’extraordinaire Chichen Itza et sont moins populaires, mais j’ai beaucoup aimé cette visite pour différentes raisons. Pour commencer, il s’agit d’un site très étendu et situé au milieu de la jungle. Le meilleur moyen de le visiter est donc de louer un vélo et profiter de la balade à l’ombre des arbres.

On croise bien sûr d’autres touristes, mais l’étendue du site et sa popularité encore grandissante permettent de profiter sans être trop entouré. Les ruines de Coba ont un charme sauvage, et donnent l’impression d’être un explorateur dans la jungle.

Stèle dans les ruines de Coba

Stèle gravée

Malgré l’étendue du site, la visite n’est pas très compliquée. Au détour du chemin, on tombe souvent sur des stèles gravées, seules ou au milieu de ruines. Ces stèles représentent toutes sortes de scènes et de divinités, et des panneaux informatifs permettent de mieux visualiser le dessin. Sinon, les stèles sont tellement abîmées par le temps qu’il est difficile de déchiffrer quelque chose soi-même.

La Iglesia, ruines de Coba

La Iglesia

Dès l’entrée du site, on peut observer un grand bâtiment, la Iglesia, ainsi qu’un terrain de jeu de balle, Juego de Pelota. Si vous avez vu le classique « Sur la route d’El Dorado », ce terrain de jeu vous rappellera quelque chose ! Plus à l’écart du site, après une belle balade à vélo, on accède au groupe Macanxoc. Moins fréquenté, ce site donne encore davantage l’impression d’être un explorateur découvrant des ruines disparues.

Xaibe, ruines de Coba

Xaibé

Une structure en très bon état parce que récemment restaurée se trouve à la croisée des chemins, Xaibé. Selon les archéologues, cette structure n’aurait pas d’autre fonction que de marquer le carrefour, l’intérieur n’est pas accessible.

Nohoch Mul, ruines de Coba

Nohoch Mul

Un autre avantage des ruines de Coba par rapport à ses consœurs est la possibilité de pouvoir gravir la pyramide la plus impressionnante du site, Nohoc Mul. Grimper au sommet des pyramides est interdit dans la majorité des sites au Mexique, ce qui est parfaitement compréhensible quand on connaît l’âge et la richesse historique de ces monuments.

Vue du sommet de Nohoch Mul

Vue du sommet de Nohoch Mul

Mais à Coba, il est encore possible de gravir les marches de la pyramides et se croire à El Dorado (sans l’or), on ne peut qu’espérer que ce soit grâce à l’état de conservation encore satisfaisant de la pyramide ! En tout cas, la vue sur la jungle est très belle, du vert à perte de vue. Les marches sont très glissantes, donc j’avoue, je n’ai pas hésité à descendre sur les fesses !

Vue sur la jungle depuis Nohoch Mul

Vue sur la jungle depuis le sommet de Nohoch Mul

Les cénotes de Coba

La découverte des ruines de Coba prend une bonne partie de la journée. Quoi de mieux que de se rafraîchir après ces kilomètres à vélo en allant se baigner dans les cénotes proches de Coba ? À quelques minutes en taxi se trouvent les cénotes de Tamcach-Ha, Multum-Ha et Choo-Ha, qui ont la particularité de se trouver dans des grottes souterraines !

Escaliers menant au cénote Choo-Ha

Entrée du cénote Choo-Ha

J’ai adoré ma visite de Choo-Ha, auquel on accède par un trou dans la terre, en descendant un escalier sombre et très engageant. Mais une fois arrivé en bas, la grotte est époustouflante, couverte du sol au plafond de stalactites et de stalagmites. Le lieu était parfaitement désert et silencieux lorsque j’y suis allée. L’eau est  fraîche et limpide, on peut y observer de petits poissons noirs lorsque personne n’est dans l’eau.

Grotte du cénote Choo-Ha

Une corde attachée à un rocher permet de se percher au milieu du cénote et de profiter de la vue et du calme, un moment très paisible. Si comme moi vous n’êtes pas rassurés dans l’eau, je ne vous conseille pas de faire le tour du cénote à la nage. Un certain passage n’est pas éclairé et je m’attendais à chaque instant à être emportée au fond par un monstre préhistorique. Sur cette note joyeuse, je répète quand même que j’ai adoré ce cénote !

Cénote Choo-Ha


À savoir

Comment ?

Moyen de transport : Les ruines de Coba sont accessibles en taxi depuis Tulum.

À ma connaissance, les colectivo ne passent pas par Coba, je m’y suis donc rendue en taxi. L’entrée du site fait face au lac de Coba, dont la rumeur veut qu’il soit habité par des crocodiles. Je n’en ai pas vu, mais c’est sûrement vendeur pour la zipline qui le survole. Passée l’entrée, vous pouvez louer un vélo ou un triporteur, et les services d’un guide.

Quand ?

Heures d’ouverture : Les ruines de Coba et les cénotes sont accessibles de 8h à 17h.

Comme toujours, le mieux est d’arriver tôt pour devancer les groupes, et profiter du site sans trop souffrir de la chaleur.

Combien ?

Frais d’entrée : 65 pesos pour les ruines et 55 pesos pour un cénote.

Il est également possible de payer un billet combiné pour l’entrée aux trois cénotes, pour 165 pesos.


Jungle des ruines de Coba

En conclusion, les ruines de Coba sont une très belle ballade pour les amateurs d’archéologie et de nature qui aiment prendre leur temps. Et si vous vous aventurez dans le cénote de Choo-Ha et trouvez un bracelet en tissu au fond de l’eau, merci de me contacter 😉

Alors, tenté-es de partir à l’aventure dans les ruines de Coba ?

Signature Blue Ashes Travel

Épingler cet article

Pin Explorer les ruines de Coba


Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir du contenu exclusif, des bonus et les derniers articles !


EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Sarah est voyageuse et étudiante en conservation de la biodiversité. Sur Blue Ashes Travel, elle parle environnement et découvertes ! Elle vous embarque dans ses aventures à travers le monde et souhaite vous rendre le voyage et la conservation plus accessibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *